Aller au contenu

Statut Partie A

Règle > Institution Religieuse Cléricale > Constitutions


Costitutions
Famille Missionnaire Saint Nicodème
Association Cléricale

Statut Partie A

25 Mars 2014

a cura della Redazione

.




.

Statue de Saint Nicodème Abbé

La statue a été réalisée dans le Locride autour à l'an 2000. Il se trouve actuellement dans la Maison de la Communauté Cléricale Religieuse de la Famille Saint Nicodemo, à Feroleto Antico (Catanzaro).

.

Sections des Constitutions et relatifs Boutons d'accès

 

Prémisse

 

Statut Partie A

 

Statut Partie B

 

Réglement

 

Appendice

 


  • Les présentes Constitutions ont été approuvées ad experimentum de l'Évêque de Luebo (République Démocratique du Congo). En se rapportant à une Association publique de fidèles en vue d'être érigée en Institut religieux de droit diocésain, la structure juridique de ces Constitutions il est "analogue" à ce des Instituts religieux.


  • Le contenu des Constitutions, aussi pour en favoriser la lecture, il a été divisé en cinq parties, comme il résulte de la ligne soprastante. Pour accéder aux parties ci-dessus uniques, il suffit de cliquer sur les inscriptions respectives.


  • La rédaction des Constitutions comprend aussi la section  Sigles et Abréviations et la section Index, qu'elles sont reportées à la fin de la partie relative à l'Appendice.

.
.
.
.



STATUT




Érection Canonique et Fondation

Art. 1  –

§ 1. Aux termes du can. 312, par. 1, 3°, la "Famille Missionnaire Saint Nicodème – Association Cléricale" vient canoniquement érigée, comme association publique de fidèles, avec décret de l'Évêque de la Diocèse de Luebo  (République Démocratique du Congo), en date 16 septembre 2013.
§ 2. L'Association vient constituée en vue d'être érigée en Institut religieux de droit diocésain.
§ 3. L'Association a la siège dans la ville de Tshikapa – quartier Sami (République Démocratique du Congo), en vie R 706.

Art. 2 –  La "Famille Missionnaire Saint Nicodème – Association Cléricale" est réalité suscitée par l'Esprit Saint moyennant l'œuvre du prêtre Tommaso Boca, ensuite enseigné comme "Fondateur".



Nature et Finalité

Art. 3  
§ 1. La "Famille Missionnaire Saint Nicodème – Association Cléricale", est une forme stable de vie avec laquelle des fidèles catholiques, laïques et clercs, recherchent leur propre sanctification, selon la mesure du don reçu.
§ 2.  Ils, dans l'union intime avec Jésus,  se proposent de témoigner l'égal dignité de chaque homme et de vivre entre eux, un rapport chrétien familier, dans le respect de la singulière personne, dans la simplicité et dans le soutien mutuel, conscients d'être insérés dans le cercle de l'amour intérieur et extérieur de la Famille Trinitaire.
§ 3. La Famille Missionnaire Saint Nicodème, elle-même sauvée et toujours nécessiteuse de salut, en voulant porter à la communion Trinitaire chaque homme, se pose au service de la Rédemption, dans l'Église et selon la volonté de Dieu.

Art. 4 –

§ 1.  Dans sa participation à l'œuvre pastorale de l'Église, l'Association veut s’engager en particulier:
dans l'évangélisation, en soulignant d'une partie l'amour et la proximité salvatrice du Seigneur et de l'autre sa sainteté, et donc la nécessité pour l'homme de se convertir;
dans la prière et dans la pénitence, offres premièrement selon la volonté de Dieu et pour la conversion des pécheurs;
dans la promotion, dans la préparation et dans l'administration du sacrement de la Confession.
§ 2. À travers cette dernière action pastorale, on veut faire affronter convenablement à la personne humaine la souffrance matérielle, physique, psychique et spirituelle et, finalement, enlever celle morale, de manière qu'elle puisse vivre dans la paix, dans la sérénité et dans la joie.

Art. 5 –
L'Association, en outre,  veut s'intéresser du bien intégral des familials étroits des propres membres, aussi en les assistants dans les besoins matériels urgents.



     Consécration Religieuse

Art. 6 – Vie Consacrée.
L'état de vie consacrée, qui se réalise à travers le rite de la promise religieuse et s'enracine dans le Baptême, apparaît comme une des manières de connaître une plus "intime" consécration à Dieu. Dans la vie consacrée, les fidèles de Christ se proposent, sous la motion de l'Esprit Saint, de suivre Christ de plus près, de se donner à Dieu aimé sur tout et, en tendant à la perfection de la charité au service du Royaume, de signifier et annoncer dans l'Église la gloire du monde futur (cfr. CCC, 916).
 
Art. 7 – Promise Religieuse.
Avec la promisse religieuse le candidat, guidé et soutenu par l'Esprit Saint, dans la communion avec Christ et à sa séquelle, dans la recherche et dans la réalisation de la volonté du Père, par le ministère de l'Église, se consacre à Dieu et il assume avec vœu public, l'obligation de pratiquer les trois conseils évangéliques de chasteté dans le célibat, de pauvreté et d'obéissance, en suivant les Constitutions de cette Association, c'est-à-dire son Statut et son Règlement.

Art. 8 – Dévotion à la Sainte Vierge.
Dans la même circonstance, le candidat s'engage formellement à avoir soin de l'amour filial vers la Sainte Vierge, voie privilégiée pour la fidélité à la vocation reçue et une aide très efficace pour avancer en elle et la vivre en plénitude (cfr. Vita Consecrata, 28).

Art. 9 – Conseils Évangéliques.
§ 1.  La perfection de la nouvelle Loi consiste essentiellement dans les commandements de l'amour de Dieu et du prochain: outre les préceptes, elle comprend aussi les conseils évangéliques. Les préceptes visent à enlever ce que c’est incompatible avec la charité. Les conseils se fixent d'enlever ce que, aussi sans contrarier avec la charité, peut représenter un obstacle pour son développement (cfr. CCC, 1973).  
§ 2. Les conseils évangéliques ne vont pas considérés comme une négation des valeurs inhérentes à la sexualité, au désir légitime de disposer de biens matériels et de décider en manière autonome de soi-même. Par contre, ils, aussi en affirmant la valeur des biens créés, les relativisent, en montrant Dieu comme le bien absolu (cfr. Vita Consacrât, 87).

Art. 10 –  Chasteté dans le Célibat.
§ 1. “Le conseil évangélique de chasteté, assumé à cause du Royaume des cieux, qui est signe du monde à venir et source d'une plus grande fécondité dans un cœur sans partage, comporte l'obligation de la continence parfaite dans le célibat” (CIC, 599).
§ 2.  La personne consacrée atteste que, en Christ, l'homme peut trouver la force de la possession de soi et de la discipline nécessaire pour ne pas tomber dans l'esclavage des sens et des instincts (cfr. Vita Consecrata, 88).

Art. 11 –  Pauvreté.
§ 1.  Le conseil évangélique de la pauvreté, à l'imitation de Christ qui étant riche s'est fait pauvre pour nous, a avant tout la signification de témoigner Dieu comme vraie richesse du cœur humain.
§ 2. Ce conseille, en outre, il comporte un témoignage évangélique d'abnégation et de sobriété, éloignée par les richesses terraines, et d'attention aux nécessités du prochain et des pauvres en particulier (cfr. CIC, 600; Vita Consecrata, 90).
§ 3. Quant à les propriétés et les entrées financières de chaque Frère, on renvoie à ce qu'est prévu par le droit commun outre aux les arts. 80 et 81 du présent Statut.

Art. 12 –  Obéissance.
§ 1. “Le conseil évangélique d'obéissance, assumé en esprit de foi et d'amour à la suite du Christ obéissant jusqu'à la mort, oblige à la soumission de la volonté aux Supérieurs légitimes qui sont représentant de Dieu, lorsqu'ils commandent suivant leurs propres constitutions.” (CIC, 601).
§ 2. L’obéissance qui caractérise la vie consacrée et qui propose de nouveau en manière particulièrement vivant l'obéissance de Christ au Père, témoigne qu’il n’y a pas contradiction entre obéissance et liberté: en effets, l'attitude du Fils dévoile le mystère de la liberté humaine comme chemin d'obéissance à la volonté du Père et le mystère de l'obéissance comme chemin de progressive conquête de la vraie liberté (cfr. Vita Consecrata, 91).
§ 3. L'obéissance dans la vie religieuse assume une particulière signification aussi pour la dimension communautaire que la caractérise: dans la fraternité, animée par l'Esprit, chacun entretient avec l'autre un précieux dialogue pour découvrir la volonté du Père, et tous reconnaissent en celui qui préside, l'expression de la paternité de Dieu et l'exercice de l'autorité reçue par Dieu, au service du discernement et de la communion.
§ 4. Contre l'esprit de discorde et de division, l’autorité et l’obéissance resplendissent comme un signe de l’unique paternité qui vient par Dieu, de la fraternité née par l'Esprit, de la liberté intérieure de celui qui se fie de Dieu nonobstant les limites humaines de ceux qui Le représentent (cfr. Vita Consecrata, 92).  



Relation avec Dieu

Art. 13 –  Appel à la communion Trinitaire.
§ 1. La relation avec Dieu est le bien fondamental de chaque homme, en effet "le désir de Dieu est inscrit dans le cœur de l’homme, car l’homme est créé par Dieu et pour Dieu; Dieu ne cesse d’attirer l’homme vers Lui, et ce n’est qu’en Dieu que l’homme trouvera la vérité et le bonheur qu’il ne cesse de chercher" (CCC, 27a).
§ 2. L'homme est donc créé pour vivre en communion avec Dieu, plus précisément "avec chacune des personnes divines, sans aucunement les séparer. Celui qui rend gloire au Père le fait par le Fils dans l’Esprit Saint; celui qui suit le Christ, le fait parce-que le Père l’attire et l’Esprit le meut" (CCC, 259c).
§ 3. Dans la mesure que, dans la docilité à l'Esprit Saint, on s'unit à la Personne du Fils seul engendré, à son Humanité glorifiée et en particulier à son volonté humaine, nôtre agir jaillit ensemble de nous et du même Esprit Saint et se tourne comme expression d'amour au Père, non seulement au moyen de Christ, mais aussi en Lui (cfr. CCC: 2564, 2615, 2673).
§ 4. Et puisque la Très Sainte Trinité est consubstantiel et indivisible, notre action d'adoration et de glorification du Père, dans le même temps, s'adresse au Fils et leurs unique Saint Esprit (cfr. CCC, 2789).

Art. 14 –  Union avec Dieu dans l'Église.
§ 1.  L'union avec Christ se réalise concrètement dans l'Église, son Corps mystique. L'Église est en Christ comme un sacrement, signe et instrument de l'union intime avec Dieu et de l'unité de tout le genre humain. Si l'Église est le sacrement de l'intime union avec Dieu, tel est en Jésus Christ, où cette même union se réalise comme réalité de salut.
§ 2. Tel est en Jésus Christ par œuvre de l'Esprit Saint. La plénitude de la réalité de salut, qu’est le Christ dans l'histoire, se propage en manière sacramentelle dans la puissance de l'Esprit Paraclet. Dans l'action déroulée par l'Église dans l'histoire du salut, inscrite dans l'histoire de l'humanité, est présent et opérant l'Esprit Saint (cfr. Dominum et Vivificantem, 63-64).

Art. 15 –  Chemin de perfection.
§ 1. Tous les hommes sont appelés à la sainteté, tous sont appelés par le Père à être obéissants à sa volonté et à être conformes à l'image de son Fils.
§ 2. Le Seigneur, dans l'Antique Testament, dit à son peuple: “Vous serez saints pour moi, puisque moi, le Seigneur, je suis saint” (Lv 20,26a); et Jésus dans le Nouveau Testament ajoute: “Soyez-vous donc parfaits  comme est parfait votre Père céleste” (Mt 5,48); et encore: “Comme je vous ai aimés, aimez-vous les uns les autres” (Gv 13,34b).
§ 3. C’est nécessaire pourtant faire continuellement un exercice d'humilité, tant en rapport à la compréhension quant à la capacité de faire le bien, en se engageant conséquemment dans la recherche et dans l'accueil de la vérité et de la grâce.
§ 4. En outre, pour apprendre à affronter et à accepter la croix dans la réalisation du bien et dans le refus du mal, il faut se renforcer moyennant les œuvres de pénitence.
§ 5. L'union toujours plus  intime avec Christ, et en Lui, avec la Très Sainte Trinité,  comporte l'ascèse et la mortification, qui graduellement mènent à vivre dans la paix et dans la joie des béatitudes (cfr. CCC: 2014, 2015).

Art. 16 – Grâce et Prière.
§ 1. La recherche de la grâce advient dans la prière mais aussi dans les mêmes œuvres bien faites: par celles, en effet, jaillit une grande sûreté dans la foi (cfr. 1 Tim 3,13).
§ 2. Prière et vie chrétienne sont inséparables, car s’agit du même amour et de la même abnégation, qui jaillit de l'amour. La même conformité filiale et pleine d'amour au dessein d'amour du Père. La même union transformant dans l'Esprit Saint, qui de plus en plus nous configure à Christ Jésus. Le même amour pour tous les hommes, l’amour avec lequel Jésus nous a aimés.
§ 3. Prie incessamment celui qui unit la prière aux œuvres et les œuvres à la prière. Seulement comme ça on peut retenir réalisable le principe  de prier incessamment (cfr. CCC, 2745).



Personne et Communauté

Art. 17 – La Vocation de la Personne humaine.
§ 1.  La dignité de la personne humaine a son accomplissement dans la vocation à la béatitude de Dieu, dans l'adhésion à sa volonté et dans la communion avec Lui.
§ 2. C’est propre de l'être humain tendre librement à cet accomplissement; avec ses actes libres, la personne humaine se peut conformer au bien promis par Dieu et attesté par la conscience morale, et ainsi s'édifie et croît intérieurement (cfr. CCC, 1700).
§ 3. L’édification et une croissance qui tendent au bien intégral de l'homme, de l'homme considéré dans son unité et dans sa totalité, de corps et âme, de cœur et conscience, de pensée et volonté.
§ 4. L’édification et la croissance sont aussi ordonnées au bien commun de chaque homme, à l'instauration d'une fraternité universelle (cfr. Gaudium et Spes, 3).

Art. 18 – Développement de la Personne et Communauté religieuse.
§ 1.  La communauté religieuse, car aide à croître dans l'amour vers Dieu et les frères, devient aussi lieu de croissance humaine, de valorisation de la personne.
§ 2. Le parcours est exigeant, qu’il comporte la renonciation de biens très appréciables, mais pas impossible: le démontre la troupe des saints et saintes et les merveilleuses figures de religieux et religieuses, qui ont montré comme la consécration à Christ ne s'oppose pas au vrai progrès de la personne humaine.
§ 3.  Tel progrès ne connaît pas de limites, qu’il comporte un incessant se revêtir pas seulement des valeurs spirituelles, mais aussi de ceux d'ordre psychologique, culturel et pastoral (cfr. Vita Consecrata, 65) en conformant les propres pensées, mots et œuvres aux sentiments qui furent dans Christ Jésus et en suivant les exemples (cfr. CCC, 1694).
§ 4. Ainsi exhorte Saint Paul, dans l’épître aux Philippiens : "Rendez plein ma joie parfait, ayant un même sentiment, un même amour, une même âme, une même pensée. Ne faites rien par esprit de parti ou par vaine gloire, mais que l’humilité vous fasse regarder les autres comme étant au-dessus de vous-mêmes. Que chacun de vous, au lieu de considérer ses propres intérêts, considère aussi ceux des autres. Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus Christ." (Phil 2,2-5).

Art. 19 – La Communication.
§ 1. Entre les valeurs pas spirituelles aussitôt rappelées la communication recouvre une particulière importance.
§ 2. La communication crée normalement des relations plus étroites, elle alimente l'esprit de famille et la participation à les vicissitudes de l'entière Association, elle sensibilise aux problèmes généraux, elle serre les personnes consacrées autour à la commune mission.
§ 3. Le manque et la pauvreté de communication engendre d'habitude l'affaiblissement de la fraternité, pour la non-connaissance du vécu des autres qui rend étranger le confrère et anonyme le rapport, outre à créer des vraies situations d'isolement et de solitude.
§ 4. La communion naît surtout par le copartage des biens de l'Esprit; les formes assumées par la communication des dons spirituels peuvent être différentes: copartage de la Parole et de l'expérience de Dieu, discernement communautaire, projet communautaire, correction fraternelle, la révision de vie et des autres formes typiques de la tradition.
§ 5.  Pour tous c’est nécessaire avoir à cœur le bien du frère en cultivant la capacité évangélique de recevoir par les autres tout ce que ils désirent donner et communiquer, et de fait ils communiquent avec leur même existence (cfr. Christi Amor, 30-33).

Art. 20 –  Détermination de la Personne humaine.
§ 1. La vie dans la communauté se révèle fondamental pour la maturité de la personne humaine; l’homme, en effet, à cause de sa nature a besoin de vie sociale : est à travers la relation avec autres personnes, la réciprocité des services et du dialogue, qui l’homme développe la connaissance de lui-même et les propres qualités virtuelles.
§ 2. Mais la vérité de la personne humaine trouve en dernier lieu lumière dans le mystère du Verbe incarné. Adam, en effet, le premier homme, était la figure de celui du futur c'est-à-dire de Christ Seigneur. Il est l'homme parfait qui a restitué aux fils d'Adam la ressemblance avec Dieu, rendue difforme déjà aussitôt aux débuts à cause du péché.
§ 3. Christ, en révélant le mystère du Père et de son amour, manifeste aussi pleinement l'homme à soi-même et  il lui manifeste sa très élevée vocation: la personne humaine est appelée à devenir fils avec le Fils, et à participer, dans l'Esprit Saint, à sa relation avec Dieu, en l'appelant: Abbà, Père!
§ 4. C’est donc dans cette relation avec Dieu le Père, en Christ, que la personne humaine reçoit sa détermination suprême, en devenant ainsi aussi capable, fortifié par l'espoir, d'accomplir la nouvelle loi de l'amour, pour aimer comme Jésus même a aimé (cfr. Gaudium et Spes, 22).

Art. 21 –  Identité et Maturité affective.
§ 1. Le procès de maturation humain advient donc dans la propre identification avec l'appel de Dieu; en particulier, l'identité de la personne consacrée est œuvre de l'Esprit, qui pousse se conformer à Christ, selon cette particulière modalité qui est donnée par le charisme originaire, médiation de l'Évangile aux membres d'une certaine Association.
§ 2.  Une identité incertaine peut pousser, surtout dans les moments de difficulté, vers  l’autoréalisation mal interprétée, avec le besoin extrême de résultats positifs et de l'approbation d’autres, avec une peur exagérée de la faillir et dépression pour les insuccès.
§ 3.  La vie fraternelle en commune exige de tout le monde un bon équilibre psychologique, dans lequel puisse mûrir la vie affective de chaque personne.
§ 4. Composante fondamentale de tel mûrissement est la liberté affective, parce-que grâce à elle le consacré aime sa vocation, et il aime selon sa vocation: c’est propre cette liberté et maturité qui permet de vivre bien l'affectivité, à l'intérieur comme à l'extérieur de la communauté (cfr. Christi Amor, 36-37).

Art. 22 –  La Sainteté personnelle et communautaire.
§ 1. Chaque Frère, donc, doit chercher de prendre de plus en plus conscience de son être personne et des différents aspects que la concernent, en manière de réaliser en soi même cette sainteté que seule peut donner plein contentement aux aspirations de l'homme.
§ 2. Au-delà de la sainteté personnelle, chaque Frère doit contribuer, pas seulement passivement mais aussi activement et justement comme aspect de sa sainteté personnelle, à la réalisation, bien que de lui dépend, de la sainteté communautaire.
§ 3. L'Association, pour sa part, s'engage à surveiller pour que, à travers l'adhésion sapientiale de chaque Frère à son charisme spirituel et apostolique, on puisse atteindre la souhaitée perfection évangélique personnel et communautaire (cfr. Vita Consecrata, 93).
§ 4. L'attitude de charité demandée à chacun des Frères, doit se réfléchir en chaque structure, spontanée et organisée, de la vie communautaire;
§ 5. L'autorité préposée doit  opportunément surveiller afin que chaque expression propre soit de plus en plus signe et instrument de communion avec Dieu et entre les Frères, en bannissant chaque sorte de mal, en particulier la duplicité.

Art. 23 – Modalité de Vie personnelle et communautaire.   
§ 1. Les membres effectifs de l'Association, vivent en communauté de vie fraternelle; le terme fraternité indique que les membres de la communauté restent profondément égaux: pourtant doit être banni chaque attitude de supériorité et doit se rechercher l'effort de chacun à se faire prochain aux confrères et à les honorer.  
§ 2. Cela ne signifie aucunement diminuer le rôle de l'autorité qui au contraire doit être par tous reconnu, respecté et apprécié comme la médiation de la volonté de salut du Seigneur.
§ 3. En voulant favoriser le mûrissement personnel et ensemble cette communautaire, le style de vie est caractérisé, en particulier dans la prière et dans le temps proprement libre, de moments communautaires et de moments individuels.

Art. 24 – Aspects structuraux de la Vie en communauté.
§ 1. À l'intérieur des lieux de la communauté, sauf des cas contingents, chaque Frère devra avoir au moins une chambre, à son usage personnel exclusif. On devra faire toutefois chaque effort afin que, en chaque communauté, chaque Frère puisse avoir, au-delà de la salle de bain personnelle, la disponibilité de deux chambres: une pour dormir et l'autre pour l'étude ou quelques activités ouvrables à caractère individuel et silencieux.
§ 2. C’est permis tenir dans le propre logement tous les moyens de communication sociale, mais leur usage soit fait avec prudence et modération, et sans apporter dérangement aux gens qui sont présents dans les milieux voisins. Le logement ne doit jamais devenir lieu de conversation: l'accueil d'une personne dans la propre cellule doit avoir le caractère d'exigence extraordinaire et nécessaire.
§ 3.  Des autres spécifications sur la vie en communauté des Frères, particulièrement à l’égard de l’utilisation du temps et de l'habillement, sont indiquées dans le Règlement.



Apostolat

Art. 25 – Terme de l'Apostolat.
§ 1. En participant à l'œuvre pastorale de l'Église, la Famille Saint Nicodème veut aider tous les hommes à mûrir et à découvrir le rapport personnel avec le Dieu vivant, un et trin, saint et miséricordieux.
§ 2. En fonction de ceci, la Famille s’occupe de la diffusion et de la proposition compréhensible de la vérité évangélique, et de l'inculturation des valeurs chrétiennes - en particulier la justice et la paix -
§ 3. Aussi quand ce son opérer assume dimensions généralisées, la Famille se pose au service de l'homme concret dernièrement, nommé à se sauver dans son histoire, c'est-à-dire dans son lieu et dans son temps.

Art. 26 – Aides et Moyennes de l'Apostolat.
§ 1. L'Association Clérical Religieux de la Famille Missionnaire Saint Nicodème, dans le déroulement de ses œuvres d'apostolat, on peut se servir de la collaboration de l'Association Religieuse Féminine et de l'Association Ecclésiale de la Famille même.
§ 2. Pour soutenir et réaliser ses finalités d'apostolat, la Famille se servira aussi de publications et des moyennes de communication sociale.
§ 3.  Pour dérouler au mieux ses activités, l'Association il comptera entre ses membres des experts en Théologie Morale, en Théologie Spirituelle et en Psychologie, et pourra pouvoir recourir à autres Spécialistes, intérieurs ou extérieurs à la Famille Saint Nicodème.
§ 4. Surtout, en étant la Famille part de l'Église, pendant que la serve, elle fait confiance sur son aide pour pouvoir dérouler son apostolat.

Art. 27 – Apostolat de la Prière et de la Pénitence.
§ 1.  Parce que sur la terre on se réalise le salut et aient le succès des tentatives des hommes pour la réaliser, il est nécessaire le don de la grâce qui vient de Dieu (cfr. Centesimus Annus, 59).
§ 2.  Donc le salut et sa réalisation sont fruit de la grâce et cette grâce il faut l’implorer (cfr. Sollicitudo Rei Socialis, 31), soit avec la prière soit avec l'offre de la pénitence (cfr. Ad Gentes, 38).
§ 3.  Il est surtout  dans la célébration et dans l'adoration de l'Eucharistie, source et comble de l’évangélisation, qu'on peut demander le don du salut et des énergies pour collaborer à sa réalisation, sur l'exemple de Jésus Christ qui dans  tel sacrement donne la vie pour ses amis (cfr. Sollicitudo Rei Socialis, 49).
§ 4. Les membres de la Famille sont conscients de ses devoirs engagés, et  le feront selon les modalités prévues dans le Règlement, à la prière et à la pénitence, par de grâce pour le propre salut et celui des frères.

Art. 28 – Activité au niveau Diocésain.
§ 1. Dans la conscience de devoir contribuer au salut des hommes en concret, la Famille Saint Nicodème se propose aussi d'approcher quelques-uns dans leur territoire et pour faire cela elle se pose au service de l'Église Diocésaine.
§ 2. Les membres de l'Association Clérical de la Famille Saint Nicodème peuvent être présents dans un Diocèse avec une ou plus communautés, et, quand il est possible, ils seront agrégés de manière telle à pouvoir guider au moins une Paroisse.
§ 3. Ils accomplissent une forme première d'apostolat à travers le témoignage de leur vie chrétienne, dans la forme de spéciale consécration à Dieu (cfr. 2 Cor 3,2).
§ 4. En outre, ils offrent leur engagement de prière et de pénitence, particulièrement pour le salut des habitants du Diocèse dans lequel ils vivent.
§ 5. Encore, dans la mesure qui est possible, l’Association veut offrir, aux Paroisses du même Diocèse, un soutien qualifié à  l’égard de la préparation et administration du sacrement de la Réconciliation.
§ 6. L’Association se propose, finalement, de promouvoir le culte de Saint Nicodème, au moins dans une Paroisse de chaque Diocèse dans lequel l'Association même opérera.

Art. 29 – Activité au niveau Interdiocésain.
§ 1. Au niveau Interdiocésain, éventuellement avec la collaboration de l’Association Féminine de la Famille Saint Nicodème, se constitueront des Centres per accueillir des jeunes en recherche de vocation, des autres Centres pour l’assistance des personnes ancienne ou malades, qui soient membres de l’Association Cléricale e de l’Association Féminine de la Famille Saint Nicodème, ou encore intimes des même membres.
§ 2. Dans ces centres d’assistance, entre les possibilités, on se pourra accueillir autres personnes, d’abord les membres de l’Association Ecclésiale de la Famille Saint Nicodème et leurs intimes, ainsi que les sympathisants, les bienfaiteurs et les collaborateurs de la Famille même.

Art. 30 – Apostolat tourné à la Famille.
§ 1. Une spécifique finalité d'apostolat que l'Association veut réaliser, est celle de contribuer au développement de la famille comme petite église et cellule fondamentale de la société.
§ 2. À la nécessité, l'Association on prend soin, dans la mesure possible, du bien intégral de tous les familiers intimes de ses membres, aussi en les assistant dans leurs besoins matériels urgents mais en se intéressant avant tout de leur bien-être moral et spirituel.
§ 3. En outre, dans son activité d'apostolat, elle se propose de diffuser  entre les fidèles une similaire attitude de soin vers leurs  familiers étroits.

Art. 31 –  Apostolat de la Justice e de la Paix.
§ 1. Voulant persécuter l’enculturation des valeurs évangéliques de la justice e de la paix, l’Association se propose de promouvoir la solidarité entre les sujets de la société,  outre que de la famille, aussi à travers la réalisation des projets d’assistance pour les plus besogneux.
§ 2. L’Association, en outre, veut promouvoir la vie en commun pacifique, aussi à travers initiatives que puissent favoriser le dialogue, le respect de la dignité et la liberté de conscience de chaque homme, et l’éducation à la moralité e à la légalité.
§ 3. L’opérer pour un tel bienêtre social, au-delà d’être une exigence de la charité évangélique, se configure comme une invitation à la conversion, donc comme voie de préparation à la connaissance et à l’amour de la vérité absolue, qui est Christ. (cfr. Gv 3,21).

Art. 32 – Activité ouvrable comme Apostolat.
§ 1.  Au bienêtre social indiqué ci-dessus, contribue aussi le développement économique, et au besoin l’Association Cléricale de la Famille Saint Nicodème, où il est possible, promeut  la naissance de quelques activité ouvrable, afin d’alléger le problème du désœuvrement
§ 2.  À la nécessité l'Association Cléricale de la Famille Saint Nicodème, où il est possible, elle promeut la naissance de quelques Activités ouvrables, afin de soulager le problème du chômage, et ensemble si possible autres problèmes sociaux, au-delà que créer une opportunité de travail pour les Frères de l'Association même.
§ 3. Quelques-uns d'eux, en effet, comme engage principal d'apostolat,  peuvent dérouler une activité ouvrable, aussi extérieur en rapport au domicile de la communauté, en annonçant l'amour salvateur de Dieu et sa sainteté, avec l'amour vers le prochain et la fidélité à l’impératif moral.



Adhésion et Séparation

Art. 33 –  Admission temporaire à l'Association.
§ 1. Pour être accueillis dans l'Association Cléricale de la Famille Missionnaire Saint Nicodème, il est nécessaire avoir accompli les seize ans d'âge et, en outre, avoir une bonne santé, proportionné caractère et suffisantes qualités de maturité pour assumer le genre de vie propre de l'Association même: les gens accueillis deviennent membres ordinaires, c'est-à-dire membres non effectifs, de l'Association et  restent tels pour tout le temps du Postulat et du Noviciat.
§ 2. Il est même possible accueillir en maisons de la Communauté des garçons d'âge inférieur aux seize ans, qui veulent devenir Frères, mais jusqu'à quand ils n'atteignent pas le seizième an d'âge ils revêtent le status de simples étudiants.
§ 3. Pour être admis au Noviciat, il faut avoir accompli les dix-sept ans.  Le Noviciat a la durée d'un an. Au terme le candidate ou laisse l'Association ou, si jugé apte, au cours d'un rite religieux émet la Promesse, assume formellement les engagements prévus du Statut et du Règlement et vient admis, de manière temporaire, entre les membres effectifs de l'Association même.

Art. 34 – Admission définitive à l'Association.
§ 1. Les membres effectifs se distinguent en membres effectifs d'agrégation temporaire et membres effectifs d'agrégation définitive.
§ 2. Qui commence la vie d'appartenance effective à la Famille, doit passer un temps d'agrégation temporaire de la durée, ordinairement, de cinq ans et à la fin le membre jugé apte vient admis à l'agrégation définitive.
§ 3. Le Fondateur, en tant tel, a la qualité de membre effectif d'agrégation définitive.

Art. 35 –  Responsables de l'Admission et de la Formation.
§ 1. Déféré à l'accueil de qui demande d'entrer dans le Postulat et dans le Noviciat c'est le Supérieur Provincial.
§ 2. Le Supérieur Provincial, nomme pour la formation des Postulants et des Novices quelques Responsables, qui, avec l’éventuelle collaboration d'autres Éducateurs, soigneront telle formation en parfait accord avec le même Supérieur Provincial.
§ 3. Au terme de chacun des deux périodes de préparation et de preuve, l'intéressé pourra faire demande écrite d'admission, respectivement, au Noviciat ou entre les membres effectifs de l'Association, au Supérieur Provincial qui la pourra accueillir, dans le second avec vote délibératif du Conseil Provincial.
§ 4.  Cette dernière procédure doit être aussi adoptée quand, annuellement, doivent être renouvelés les vœux avant de ceux qui se réfèrent à l'agrégation définitive.
§ 5. Pour être admis à l'agrégation définitive, toujours de suite à demande écrite, l'intéressé devra montrer d'avoir suffisamment assimilé, spirituellement et pastoralement, le charisme de l'Association: déféré à décider sur la requête c'est le Supérieur Général, avec vote délibératif de son Conseil.    

Art. 36 – Séparation de l'Association.
Pour la sortie d'un membre effectif de l'Association, on procédera pour comme prévu par le Code Canonique (cfr. cann. 694-704) en vigueur, ainsi que des articles à l’égard dont à la section Gouvernement de l'Association de ce Statut.



      Formation

Art. 37 –  Lignes fondamentales et Finalité de la Formation.
§ 1. Dans le Règlement ils sont soulignés quelques éléments et aspects de la formation qui se considèrent de base pour la focalisation et la réalisation de la spiritualité des membres de l'Association Cléricale de la Famille Saint Nicodème.
§ 2. Parmi d'autres, dans le Règlement – art. 11, par. 3 – on demande la connaissance des Constitutions et la connaissance progressive de la Bible, d'un Catéchisme et d'un document ecclésial sur la Vie Consacrée.
§ 3. À travers l'étude de ces documents on veut faire connaître le charisme de la Famille Saint Nicodème dedans la Vie Religieuse, et cette-ci dedans la doctrine générale de la Sainte Église qui sert de médiateur à la Parole de Dieu.
§ 4. Les éléments et aspects formatifs ci-dessus, viennent opportunément agrandis et approfondis dans cette section, en laquelle viennent tracées les lignes fondamentales d'un projet de formation, dont le but est celui d'accompagner, en chaque stade de leur existence, tous les membres de la Famille Saint Nicodème.

Art. 38 – "Ratio Formationis."
§ 1. Pour expliciter ou rendre opérationnel tout ce qui vient établi dans les Constitutions de l'Association autour de le la Formation, seront émanées par l'autorité compétente des Dispositions, lesquelles auront la même valeur obligeant des Constitutions et ne pourront jamais être en contraste avec les mêmes.


§ 2. Telles Dispositions, avec tout ce qui vient établi dans les Constitutions autour de le la Formation,  seront exposées de manière organique dans un unicum et elles constitueront la Ratio Formationis de l'Association.

Art. 39 –  Destinataires de la Formation.
§ 1. Sont destinataires de cet iter formatif, chacun pour sa partie, les membres ordinaires et les membres effectifs de la "Famille Missionnaire Saint Nicodème – Association Cléricale".
§ 2. Sont membres ordinaires ceux qui aspirent à devenir membres effectifs de la Famille et recouvrent le status de Postulants ou Novices.
§ 3. Les membres effectifs se distinguent en membres effectifs d'agrégation temporaire et membres effectifs d'agrégation définitive.

Art. 40 –  Responsables de la Formation.
§ 1. Déféré à l'accueil de qui demande d'entrer dans le Postulat, dans le Noviciat et entre les Membres effectifs d'agrégation temporaire, c'est le Supérieur Provincial, dans le troisième cas avec le vote délibératif du propre Conseil.
§ 2. Le même Supérieur Provincial, donc, est responsable de la formation des Postulants et des Novices; il nomme pour leur formation un Éducateur qui, avec l'éventuel apporte d'autres Collaborateurs, soignera telle formation en accord parfait avec lui.
§ 3. Le Supérieur Provincial a aussi le devoir de soigner la formation des Membres effectifs de l'Association, soit de ceux d'agrégation temporaire que de ceux d'agrégation définitive.
§ 4. Dans ce cas, toutefois, le Supérieur Provincial devra agir selon les indications du Supérieur Général, et en parfait accord avec lui, considéré que déféré à accueillir entre les membres effectifs d'agrégation définitive c'est le Supérieur Général, avec vote délibératif du Conseil Général.

Art. 41 –  Phases et Aspects de la Formation.
§ 1. De ce qui précède émergent clairement les différentes phases de la formation: Postulat, Noviciat, Agrégation Temporaire et Agrégation Définitive.
§ 2. Pour être admis au Postulat, l'intéressé devra manifester de vouloir vivre la foi chrétienne et de vouloir la vivre dans la vie religieuse.
§ 3. La formation a le but de vérifier l'accueil théorique et actif des éléments fondamentaux de la vie chrétienne et religieuse.
§ 4. Pour être admis au Noviciat, le Postulant devra déclarer de vouloir vivre la vie religieuse selon le charisme de la Famille Saint Nicodème et donc de  vouloir s’engager à la relative vérification.
§ 5. La formation a le but de vérifier une initiale et suffisante réalisation de la spiritualité et du charisme de l'Association Cléricale de la Famille Missionnaire Saint Nicodème.
§ 6. Pour être admis à l'agrégation Temporaire, le Novice devra déclarer d'avoir expérimenté la sérénité et la joie de vivre la vie consacrée selon le charisme de la Famille Saint Nicodème et, conséquemment, de vouloir continuer son séjour dans l'Association.
§ 7.  La formation devra poursuivre une convaincue et profonde réalisation de la spiritualité et du charisme de la Famille Missionnaire Saint Nicodème.
§ 8. Pour être admis à l'Agrégation Définitive, l'intéressé devra montrer d'avoir suffisamment assimilé, spirituellement et pastoralement, le charisme de l'Association.
§ 9. La formation devra de plus en plus poursuivre une maturation et une réalisation naturelle de la spiritualité et du charisme de la Famille Missionnaire Saint Nicodème.

Art. 42 –  L'Engagement de la Formation initiale.
§ 1. Objective centrale du chemin formatif est la préparation de la personne à la totale consécration de soi à Dieu dans la séquelle de Christ, à service de la mission.
§ 2.  La formation devra, donc, atteindre en profondeur la personne même, ainsi que chaque son attitude ou geste, dans les moments importants et dans les circonstances ordinaires de la vie, ait à en révéler la pleine et joyeuse appartenance à Dieu.
§ 3. Depuis le moment que le fin de la vie consacrée consiste dans la configuration au Seigneur Jésus et à son totale oblation, il est surtout à ce qui doit mirer la formation. On traite d'un itinéraire de progressive assimilation des sentiments de Christ vers le Père.





§ 4. Il devra être formation de toute la personne, en chaque aspect de son individualité, dans les comportements comme dans les intentions.
§ 5. La formation comprend tous les champs de la vie chrétienne et de la vie consacrée et, donc, demande une préparation humaine, culturelle, spirituelle et pastorale, en mettant tous les attentions parce que soit favorisée l'intégration harmonique des différents aspects.
§ 6. Dans le cas des vocations au presbytérat, telle formation doit coïncider et s’harmoniser avec un programme spécifique d'études (cfr. Vita Consecrata, 65).
§ 7. L'iter presbytérale commence, après le Noviciat, avec l'admission aux ordres sacrés pour arriver, en passant à travers le ministère du lectorat et l'acolytat, aux sacrées ordinations.
§ 8. La formation au presbytérat se conformera aux cann. 245ss du CIC et aux orientations et directives des Conférences Épiscopales nationales.

Art. 43 –  Aspects spéciaux de la Formation initiale.
§ 1. Depuis le moment d'accueil entre les membres ordinaires de l'Association, chacun soignera de recourir à la Confession sacramentel fréquent –  au moins une fois par mois –  et à la Direction spirituelle.
§ 2. Chacun puis devra observer le régime de prière et pénitence dont on parle dans le Règlement et on devra appliquer à l'étude et aux activités qui viendront opportunément indiquées, de façon à focaliser et vérifier la possibilité de réaliser la spiritualité et le charisme de la Famille Missionnaire Saint Nicodème.

Art. 44 –  Éléments ultérieurs de la formation initiale.
§ 1. Car la formation doit être aussi communautaire, son lieu privilégié est la Communauté: en elle advient l'initiation à la fatigue et à la joie du vivre ensemble.
§ 2. Dans la fraternité chacun apprend à vivre avec celui que Dieu à lui a mis à côté, en acceptant les caractéristiques positives et ensemble les diversités et les limites. En particulier, il apprend à partager les dons reçus pour l'édification de tous, car "à chacun est donnée une manifestation spéciale de l'Esprit en vue du bien commun" (1 Cor 12,7b).





§ 3. En même temps, la vie communautaire doit, depuis la première formation, montrer l’intrinsèque dimension missionnaire de la consécration.
§ 4. Il est donc important que la personne consacrée se forme progressivement une conscience évangéliquement critique vers les valeurs et les non-valeurs de la propre culture et de celle que rencontrera dans le futur champ de travail.
§ 5. La personne consacrée, en outre, il doit s'exercer dans la difficile art de l'unité de vie, de la mutuelle compénétration de la charité vers Dieu et vers les frères et les sœurs, en expérimentant que la prière est l'âme de l'apostolat, mais aussi que l'apostolat vivifie et stimule la prière (cfr. Vita Consecrata, 67).

Art. 45 –  Formation permanente.
§ 1. Le procès formatif ne se réduit pas à la seule phase initiale, puisque, pour les limites humaines, la personne consacrée ne pourra jamais croire d'avoir complété sa configuration aux mêmes sentiments de Christ.
§ 2. En outre, aucune phase de la vie peut être considérée si sûre et fervente à exclure l'opportunité de spécifiques attentions pour garantir la persévérance dans la fidélité.
§ 3. La formation initiale doit, donc, se souder avec celle permanente, en créant dans le sujet la disponibilité à se laisser former en chaque jour de la vie (cfr. Vita Consecrata, 69).
§ 4. Ici de suite viennent brièvement reportées les différentes dimensions de la formation permanente qui doivent être affrontées.

Art. 46 –  Dimension spirituelle.
§ 1. Avant tout, il faut soigner la vie dans l'Esprit, dans laquelle la personne consacrée retrouve la propre identité et une sérénité profonde, elle croît dans l'attention aux provocations quotidiennes de la Parole de Dieu et se laisse guider de l'inspiration originaire de l'Association.
§ 2. Sous l'action de l'Esprit viennent défendus avec ténacité les temps d'oraison, de silence, de solitude et on implore du Haut avec insistance le don de la sagesse dans la fatigue de chaque jour.

Art. 47  –  Dimension humaine et fraternelle.
§ 1. Elle demande la connaissance de soi et des propres limites, pour en tirer opportunément stimulation et soutien dans le chemin vers la pleine libération.
§ 2. De spéciale importance ce sont la liberté intérieure de la personne consacrée, son intégration affective, la capacité de communiquer avec tous, spécialement dans la propre communauté.
§ 3. Il faut encore rechercher la sérénité de l'esprit et la sensibilité vers qui souffre, l'amour pour la vérité, la cohérence linéaire entre le dire et le faire.

Art. 48  –  Dimension apostolique.
§ 1. Telle dimension ouvre l'esprit et le cœur de la personne consacrée, et la dispose à un continu effort opérationnel, quel signe de l'amour du Christ qui la pousse.
§ 2. En pratique, ceci signifiera l'ajournement de méthodes et buts des activités apostoliques dans la fidélité à l'esprit et à la finalité du fondateur et aux traditions successivement maturées, avec constante attention à les changées conditions historiennes et culturelles, générales et locales, du milieu où s'opère.

Art. 49 –  Dimension culturelle et professionnelle.
§ 1. Sur la base d'une solide formation théologique qui rende capables de discernement, telle dimension implique un ajournement continu et une spéciale attention aux différents champs à lesquels adresse le charisme de la Famille Saint Nicodème.
§ 2. Il est donc nécessaire de se maintenir ouverts mentalement et le plus possible ductiles, parce que le service soit conçu et rendu selon les exigences du propre temps, en se servant des instruments fournis par le progrès culturel.

Art. 50 – Dimension du Charisme.
§ 1. Dans le charisme on trouve recueillies toutes les autres instances, comme dans une synthèse qui exige un approfondissement continu de la propre spéciale consécration dans ses différents composants, non seulement en l'apostolique, mais aussi en celle ascétique et mystique.
§ 2. Ceci comporte pour chaque membre une étude assidue, à partir de les Constitutions, de l'esprit de l'Association, de son histoire et de sa mission, pour en améliorer l'assimilation personnelle et communautaire (cfr. Vita Consecrata, 71).

Art. 51 –  Accents spéciaux de Spiritualité.
§ 1. Un accent spécial se pose à l’égard de la recherche constante de l'amitié et de l'imitation de Christ, en se revêtant de ses vertus et de ses qualités, surtout dans la recherche et dans la docilité à l'action de l'Esprit Saint et à la volonté du Père.
§ 2. Un second accent se pose à l’égard du respect et de la promotion, de part de chaque Frère, de la dignité de chaque homme, avant tout à l’égard  de ceux qui vivent à l'intérieur de la communauté; donc qui exerce l'autorité légitime et nécessaire devra toujours retenir l'enseignement relatif de Jésus, Maître et Seigneur: "Celui qui voudra devenir grand parmi vous, on fera votre serviteur, et celui qui voudra être le premier d’entre vous, on fera votre esclave" (Mt 20,26b-27).
§ 3. Un troisième et dernier accent on pose à l’égard de la fin de notre chemin que c'est la rencontre dans la gloire avec le Seigneur Dieu un et trine, et avec ses saints, avec la conséquence qu’il faut vivre consciemment, de manière responsable et avec courage l'instant présent, comme avance et préparation active de la vie future.

.
.

Retourner au contenu